Dream and man are woven from lalangue by Jean Oury

20/05/2014 - Dream / Jean Oury

I like cats, I am still waiting them in vain to talk to me! As they do not talk to me, I can not consider that they have the “desire”, etc.. Anxiety neither! That is quite another thing. That specifies what a man is, as Lacan says, a man is a “parlêtre”. The Zoon Politikon, Ekonomikon, Koinonikon Aristotle implies that “zoon” is woven from language. He was condemned to that. That’s what Freud underlined before Traumdeutung. Dream, it’s something like that, even on a scene, a Darstellung, acting, a scenario scripting; that is something from the order … of language. It’s too much said; it would be more accurate to articulate he’s in the “lalangue” (term proposed by Lacan by 1970-1971).

 

J’aime bien les chats : j’attends toujours, en vain, qu’ils me parlent ! Tant qu’ils ne me parleront pas, je ne pourrai pas considérer qu’ils ont du « désir », etc. De l’angoisse non plus ! C’est tout à fait autre chose. Ce qui spécifie l’homme c’est, comme le dit Lacan, qu’il est un « parlêtre ». Le zoon politikon, ekonomikon, koïnonikon d’Aristote, implique que ce « zoon » soit tissé de langage. Il est condamné à ça. C’est ce que Freud souligne avant la Traumdeutung. Le rêve, c’est quelque chose comme ça, même avec une mise en scène, de Darstellung, de mise en action, de mise en scénario ; c’est quelque chose de l’ordre… du langage. C’est beaucoup dire ; il serait plus précis d’articuler qu’il est dans « lalangue » (terme proposé par Lacan vers 1970-1971).

OURY J., « Suite de la conversation avec Henri Maldiney, Salomon Resnik et Pierre Delion » in Revue de psychothérapie psychanalytique de groupe 1/2001 (no 36), Paris, Eres, p. 52

Tribute to Jean Oury, recently gone.

› tags: Lalangue / Suite de la conversation avec Henri Maldiney /