T.

The addiction deals with frustration’s intolerance by Paul-Laurent Assoun

The addiction organizes a sort of the inner sensitivity revolution, starting from this inflection of resistance to displeasure – which, as we feel, deals with the frustration’s intolerance.

L’intoxication organise une sorte de révolution intérieure de la sensibilité, à partir de cette inflexion de la résistance au déplaisir – dont on sent qu’elle a à voir avec l’intolérance à la frustration.

ASSOUN P.-L., « Le briseur de souci ou l’indépendance toxique » In CONDAMIN C., NICOLLE O., ZAFIROPOULOS M., L’inconscient toxique, Economica, Paris, 2001, p. 95

D.

Drugs action in the fight for happiness by Sigmund Freud

The drug’s action in the fight for happiness and to keep the distance away from misery is a so popular benefit that individuals, and peoples, have given them a strong position in their libidinal economy. We are grateful to them not only for the immediate pleasure’s gain, but also for giving us an element of independence longed from the outside world.

L’action des stupéfiants dans le combat pour le bonheur et le maintien à distance de la misère est à ce point appréciée comme un bienfait que les individus, comme les peuples, leur ont accordé une solide position dans leur économie libidinale. On ne leur sait pas gré seulement du gain de plaisir immédiat, mais aussi d’un élément d’indépendance ardemment désiré par rapport au monde extérieur.

FREUD S., Malaise dans la culture (1929), Points Essais, Paris, 2010, p. 21

E.

Enduring life needs sedative remedies by Sigmund Freud

Life, as it is imposed to us, is too hard for us, and brings us too many pains, disappointments, insoluble tasks. To endure life, we can not do without sedative remedies. […] These remedies may be of three kinds: powerful diversions that allow us to make our misery lighter, substitutive satisfactions that decrease this misery, and narcotics that make us insensitive.

La vie telle qu’elle nous est imposée est trop dure pour nous, elle nous apporte trop de douleurs, de déceptions, de tâches insolubles. Pour la supporter, nous ne pouvons pas nous passer de remèdes sédatifs. […] Ces remèdes, il en est peut-être de trois sortes : de puissantes diversions qui nous permettent de faire peu de cas de notre misère, des satisfactions substitutives qui la diminuent, des stupéfiants qui nous y rendent insensibles.

FREUD S., Malaise dans la culture (1929), Points Essais, Paris, 2010, p. 17

W.

Worries Breaker and Refuge from Reality by Sigmund Freud

Don’t we know that with the help of the “worries breaker” we can withdraw ourselves from the reality’s pressure at any time, and find refuge in each one’s world offering better sensation’s conditions ?

Ne sait-on pas qu’avec l’aide du « briseur de soucis » on peut se soustraire à chaque instant à la pression de la réalité et trouver refuge dans un monde à soi offrant des conditions de sensation meilleures ?

FREUD S., Malaise dans la culture (1929), Points Essais, Paris, 2010, p. 21